Voyager

Je saute le pas et pars voyager seule.

Lever du soleil à Pokhara, face aux montagnes de l’Annapurna. NEPAL

« La vie ce n’est pas seulement respirer, c’est aussi avoir le souffle coupé ».

A.Hitchkock

C’est décidé, je saute le pas et pars voyager seule

Je vais vous partager une expérience, mon expérience, qui a changé beaucoup de choses dans ma vie. Si ça peut aider certaines à sauter le pas et partir voyager seule 🙂

Il y a trois ans, j’étais tranquillement installée dans ma petite routine parisienne. Travaillant depuis plus de deux ans pour la même entreprise, j’attendais impatiemment de signer mon premier CDI et d’emménager dans mon tout premier appartement. Seloger, Pinterest, maison du monde étaient mon quotidien. Tout était tracé et enregistré.
Jusqu’au jour où pour une raison de réorganisation (ou autre), je vois mon CDI s’envoler devant mes yeux et par la même occasion tous mes plans.
Aujourd’hui, cette expérience m’a appris une belle leçon, fais des plans, rêve, mais ne t’accroche qu’au présent car tout le reste est intangible.
Mais à l’époque, c’est le choc et le drame et je m’effondre. Les jours passent jusqu’à ce fameux matin ensoleillé où je réfléchis à mon avenir et à ce que je vais faire. Je me rappelle alors de mes rêves d’adolescente, et relis ma « to live » liste :
♥ Parcourir le monde, sauter en parachute, apprendre 4 langues, faire de la plongée, prendre un train sur un coup de tête…

Ces signes sont devant moi et ma situation n’est que le meilleur prétexte pour réaliser mes rêves d’adolescente. Je cours à la FNAC, achète le guide de l’Asie du Sud Est et 2 semaines après c’est décidé. Dans trois mois, je pars voyager seule pendant 6 mois en Asie.
Seulement, après la phase excitation, je commence à faire face aux avis des gens : « Je regrette de ne pas l’avoir fait à ton âge », « tu as raison, c’est une expérience et une chance unique », « tu devrais plutôt te concentrer sur ta carrière », « tu es sûre que ce n’est pas impulsif ? », « voyager seule ce n’est pas risqué ? », « mais tu vas te débrouiller comment ? », »Ca coute cher de voyager ! », « Attends mais tu vas vraiment quitter la vie parisienne pour voyager avec un sac à dos ? »
Honnêtement, il est difficile de ne pas se faire monter la tête et à quelques semaines de mon départ, mes nuits sont rythmées  par des insomnies.

Mais maintenant que je suis rentrée, depuis déjà un petit bout de temps d’ailleurs,je peux partager avec vous mon expérience. Si c’était à refaire, je le referais les yeux fermés (et c’est dans ma « to live » liste avant les très prochaines années).
C’est effectivement une expérience unique dans la mesure où chaque voyageur la vit à sa manière mais je peux vous promettre que dans tous les cas, vous reviendrez changées avec la tête pleine de lumière, de douceur et de souvenirs.

Alors si aujourd’hui, vous hésitez à tout plaquer pour aller parcourir le monde seule, lisez ces lignes suivantes et faites vous confiance. Cet article s’adresse également aux hommes 😉

« Tout ce que vous avez à faire, c’est décider de partir, et le plus dur est fait.« 

Tony Wherler

 

 

En voyageant seule, t’ouvrir aux autres, tu apprendras.

De nature assez timide, j’étais incapable jusqu’à la fin du lycée de prendre la parole sans devenir rouge coquelicot. Aller, seule, vers les autres était une véritable mission et je voyais ce voyage comme un nouveau challenge.
Affronter seule la barrière de la langue, les groupes d’amis déjà composés, les différences culturelles. Au début c’est difficile, tu es réticente et à l’affut de petits signes qui t’aideront à sauter le pas. Puis tu te rends compte que la majorité des voyageurs, peu importe leur âge, peu importe leur origine sont ouverts aux rencontres et après un mois, tu tapes des discussions avec  n’importe qui et n’importe où. Rencontrer des gens devient un jeu d’enfant très agréable.
Quelle richesse d’échanger avec des gens ayant une vie différente de la tienne, une autre culture, une autre histoire. C’est comme lire les contes pour enfants en histoire vraie. Au fur et à mesure des rencontres, tes yeux s’agrandissent de plus en plus et tes oreilles deviennent addictes, et tu as l’impression de devenir une bible d’histoires.
Plus tu rencontres, plus tu apprends et tu partages et s’ouvrir aux autres n’est alors plus réticence mais intérêt.
Tu apprends à ravaler ta timidité, ton ego et tes préjugés.

J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre.(N.Mandela)

Quelques conseils :

♥ Pour rencontrer des gens, rien de mieux que de dormir dans une auberge/guesthouse. Il y en a pour tous les goûts et les budgets. Là-bas, le contact est facile et on y rencontre rapidement des compagnons de voyage.
♥ Il y a des forums ou des pages facebook de chaque pays/ville. Tu pourras y échanger avec d’autres voyageurs ou locaux.
♥ Tu peux également t’inscrire à visites guidées, des cours de cuisine, de surf, de plongée, des randonnées…

 

En voyageant seule, des rencontres belles et inattendues, tu feras

Qui dit ouverture dit rencontre.
Au cours de mes voyages, j’ai alterné entre des déplacements et des moments de bénévolat où je me suis posée plusieurs semaines au même endroit. J’y ai apporté mon aide en échange d’hébergement, nourriture et parfois avec un accès à des activités type danse, yoga, méditation. Ce genre d’expérience est le meilleur moyen d’y faire de belles rencontres avec d’autres personnes venues elles aussi en quête d’expérience et de partage. Que ce soit au Népal ou en Thaïlande, j’y ai fait des rencontres inoubliables et rencontré de vrais amis. Certains plus jeunes, d’autres plus âgés, certains français, d’autres allemands, américains, estoniens, irlandais, espagnols ou encore Brésiliens. Quelle richesse ♥
Nous avons partagé des rires et des pleurs, des coups de mou et des moments d’exaltation, des voyages et des heures de travail. Nous avons partagé nos repas, nos chambres, nos vêtements, nos histoires de vie, d’amour.
A des milliers de km de chez nous, tous seuls et ouverts, nous avons crée des liens plus forts que je ne le pensais possible.
C’est lorsque l’on est à nu, sans attache, que l’on est le plus disposé à ouvrir sincèrement les bras.
Aujourd’hui encore, malgré la distance, les liens et l’amour sont encore là et j’ai la chance de pouvoir continuer à parcourir le monde en ayant des gens qui m’attendent les bras et la porte ouverts.

 

 

 

En voyageant seule, des expériences uniques avec des locaux, tu vivras

Je suis restée 1 mois et demi dans un orphelinat au Népal où j’y ai partagé la vie quotidienne des enfants, du petit déjeuner au diner, en passant par les sorties du weekend, l’excursion scolaire, le spectacle de fin d’année, le rituel quotidien du passage au temple avant de rentrer à l’école, l’aide aux devoirs et la préparation au baccalauréat.
Immergée dans leur culture et les habitudes, j’ai essayé de vivre comme eux et j’en garde un souvenir magique. Pour comprendre un pays, une culture, il n’y a rien de mieux que de faire comme eux.
Si tu n’as pas le temps ou l’envie de t’investir dans une mission de bénévolat, essaie juste de t’immerger dans la culture. Vas à la rencontre des locaux, pose leur des questions, partage avec eux un repas. Tu seras surprise de voir à quel point les gens aiment partager leur culture et leurs traditions.
Le couchsurfing est également un excellent moyen de rencontrer des locaux et de visiter avec eux la ville. En plus, la plupart du temps  on t’offre l’hébergement contre quelques belles histoires de chez toi et un diner typique français. Tu peux échanger avec les hôtes avant afin de voir si vous êtes dans un même état d’esprit

Quelques conseils :

♥ Que ce soit pour du bénévolat ou du couchsurfing, échange quelques emails ou appels avant pour t’assurer des bonnes intentions des gens. Il y a quelques malfaiteurs qui utilisent le bénévolat pour faire beaucoup trop travailler à titre gratuit, qui te demandent de payer cher pour travailler gratuitement ou qui te vendent quelque chose d’inexistant.
Regarde s’il y a eu des commentaires sur internet, essaie d’en savoir plus.
Ne prends pas peur, juste renseigne toi avant 🙂

 

Les enfants de l’orphelinat Ramo Sathi, Nepal

En voyageant seule, confiance en toi tu prendras

Tant que tu n as fait le gros saut, tu ne sais pas vraiment de quoi tu es capable. Chez toi, tu es souvent entourée de tes amis, de ta famille, tu as tes repères et habitudes.
Ca te fait souvent te sentir forte. Mais qu’en est il lorsque tu te retrouves seule à l’autre bout du monde, que tu dois faire tes propres choix et les assumer seule, que tu dois aller vers l’inconnu sans personne pour te prendre la main?
Au début, cela peut paraître effrayant. mais au fur et à mesure tu apprends à te connaitre, tu découvres ce que tu aimes ou n’aimes pas, ce que tu veux vraiment.
Tu commences à écouter tes intuitions et ton instinct qui t’accompagnent partout tu vas. Tu apprends à dire oui ou à dire non de toi même, à faire tes propre choix.
Lorsque l’on s’écoute sincèrement, il est plus rare de prendre une mauvaise route. Et petit à petit tu commences alors à prendre confiance en toi, à te dire que seule tu prends soin de toi. S’installe ainsi une confiance en toi avec laquelle tu sais que tu pourras tout affronter tant que tu seras ancrée avec toi-même.

Quelques conseils :

♥ Au début il est assez stressant de se jeter dans l’inconnu, de ne pas savoir où aller. Essaie de réserver tes premières nuits pour avoir un point de chute. Tu verras qu’au bout d’un mois trouver un hébergement à la dernière minute deviendra un jeu d’enfant. Essaie également d’arriver en journée, c’est rassurant de voir où tu es et d’avoir des restaurants, magasins ouverts
♥ Prends un petit couteau avec toi. Tu te sentiras plus en sécurité et il pourra toujours t’être utile.
♥ Dans certains pays, une fausse alliance au doigt peut détourner les malfaiteurs de ton chemin.
♥ Photocopie tes papiers d’identité au cas où tu les perdrais. Je m’étais également envoyée des copies sur mon téléphone. Et pour avoir une double sécurité des moyens de paiement, je m’étais faite 2 cartes que j’avais séparées dans deux sacs différents.

 

En voyageant seule, te satisfaire du plus simple et de l’essentiel, tu apprendras

Dormir pour 5€ la nuit, manger pour 3€ par jour, se déplacer en bus local, arpenter les marchés locaux. Quand on commence à voyager, on apprend très rapidement à se satisfaire de l’essentiel. Au placard les cuissardes à 700€ et les montagnes de fringue. Plus besoin de 37 vernis, 10 rouges à lèvres, un ordi, un ipad, un ipod et un smartphone. On apprend à détester s’encombrer, détester le superflu, détester le superficiel et l’inutile. Pour toute addicte au shopping, partez voyager et vous reviendrez libérée de vos compulsions. Je ne garantie pas la durée de l’effet de guérison au retour à la maison mais une chose est sure c’est que tu préféras les expériences à l’achat car c’est ce dont tu  te rappelleras en rentrant.
Aujourd’hui encore je garde des effets secondaires très positifs de ce voyage et moi qui aie vécu toute ma vie de manière compulsive, je fais et achète les choses de manière plus raisonnée.

Quelques conseils :

♥ Avant de partir, lorsque tu prépares ton sac à dos, essaie de ne pas t’encombrer de choses inutiles. C’est assez difficile à jauger au début mais après plus de 15kg, cela devient plus contraignant de se déplacer.
♥ Sache que peu importe dans quel pays tu seras, tu trouveras des pharmacies similaires aux nôtres. J’ai trouvé des anti inflammatoires pour mon piercing dans un coin reclus du Nepal et qui m’ont sauvé le voyage.
Ce n’est donc pas la peine de partir avec la moitié de ta pharmacie.
♥ Laisse tes cosmétiques chez toi et profites en de traverser plusieurs pays pour découvrir de nouvelles marques et nouveaux produits.
♥ Pareil pour les vêtements. tu trouveras des trucs très cool sur place pas très chers et qui en plus feront de bons souvenirs.

 

 

En voyageant seule, devant des paysages presque irréels, ton souffle se coupera.

Je me rappelle de ce lever du soleil auquel j’ai assisté un jour de Mars, face aux montagnes de l’Annapurna au Népal (photo du début).
Un matin, levée de force à 4h pour partir en voiture tout en haut d’une petite montagne et pour finir à pieds sous un ciel encore sombre et un air très frais, je trainais légèrement de la patte.
A 2000m d’altitude mes poumons soufflaient bruyamment et contestaient eux aussi l’ascension. Les sentiers Népalais ne sont pas tracés comme en France et il s’agissait plus d’une marche escalade sur des hautes marches de roche.
Après 15min, je me suis retrouvée face à cette chaine de montagnes et là tout s’est arrêté. Plus d’heure matinale, plus de douleur, plus de râlerie, j’étais là, toute petite, face aux plus hautes montagnes du monde.  En quelques secondes, tout est devenu simple comme si l’univers m’avait remis à ma place. Je me suis assise sur des roches et j’ai regardé le soleil percer petit à petit derrière les montagnes. D’abord un rayon, puis un deuxième et un troisième.  En quelques minutes le ciel s’est mis à bruler d’un rouge flamboyant puis orangé avant de devenir plus clair. J’avais l’impression d’assister à la création du monde et c’est comme si tout mon être intérieur renaissait lui aussi. C’était puissant et ça m’a percuté.
Je suis restée assise deux heures jusqu’à ce que le ciel soit devenu bleu et que la vue sur les montagnes soit complètement dégagée.
J’ai  rêvé pendant quelques minutes de skier sur ces hautes montagnes et puis je suis redescendue.
2h de descente sur l’autre versant de la montagne, face au lac de Pokhara. Le spectacle continuait.
J’ai traversé des petits villages et rencontré des enfants qui faisaient la toilette du matin, dehors, avant d’aller à l’école. Le chemin pour l’école est hargneux, il faut marcher des heures, grimper ou plier les jambes.
C’est ce genre d’expériences qui vous nourrissent vraiment. Lorsque vous assistez à ce genre  moment, la seule chose qui vous intéresse ensuite c’est de revivre ça.

Tu verras des centaines de couchers et levers du soleil mais chacun d’eux sera différent. Des étendues vertes, d’autres sèches, des forêts, des jungles, des océans, des lacs …
Avec tout ce que l’on voit aujourd’hui à la télévision ou dans les journaux, il est facile de voir le monde avec peut être un peu de réticence, de peur ou de préjugés. Mais lorsque tu seras face à lui, tu réaliseras à quel point nous sommes chanceux de vivre sur cette beauté.

Quelques conseils :

♥ Prends le train autant que tu peux. Avec le bus (mais plus confortable) c’est la meilleure façon de voir un pays, tu fais des rencontres, tu peux observer les locaux. Il peut également te faire gagner du temps si tu voyages en train de nuit.
♥ N’hésite pas à te perdre. C’est le meilleur moyen pour tomber sur des choses inattendues.
♥ Pars en randonnée avec des locaux. En plus de te raconter de belles histoires sur leur pays, ils te montreront des paysages en retraits.

 

Un voyage ça vous change.
On en revient plus ouvert, plus attentif, plus curieux, plus confiant.
Le tien sera unique et dépendra de ce que tu décides d’en faire.
Eclate toi, pars à l’aventure, sors des sentiers battus, affronte tes peurs, rencontre, aime.
C’est une décision que tu ne regretteras pas. Je ne connais pas une personne qui n’ait pas aimé son grand voyage

 

Et toi, quel est ton plus beau voyage? Quelles sont tes prochaines destinations rêvées?

Leave a Reply