beauté

Pourquoi je suis passée à la cosmétique Bio après 3 grandes mésaventures.

Mon histoire avec la cosmétique bio

Mon histoire avec la cosmétique bio/naturelle.

La cosmétique bio/naturelle fait partie de mon quotidien depuis des années. J’en parle beaucoup sur ce blog et autour de moi. Et pourtant, je n’y ai jamais abordé ici le fond du sujet et expliqué ce que c’était et pourquoi l’utiliser.
Dans un prochain article, j’aborderai les différents points qui concernent la cosmétique bio et naturelle. La différence entre les deux, leurs caractéristiques et comment les intégrer dans sa routine beauté de façon douce et progressive.
Mais il était important pour moi de commencer par une petite histoire autour de ma propre expérience afin que vous puissiez mieux comprendre mon positionnement.

Le maquillage, ça n’a jamais été trop mon truc, mais la cosmétique, j’en suis fana depuis gamine. Je dois tenir ça de ma mère qui a plus de 5 crèmes au cm2. Tellement de crèmes qu’elle doit les ranger dans des boites à chaussures pour ne pas envahir la maison et de manière à ce que mon père ne les voit pas et ne devienne pas fou.
J’ai toujours aimé essayer ses crèmes, faire de ma peau mon propre cobaye et voir les effets qu’elles me font.
Alors quand j’ai été « en âge » d’acheter mes premières crèmes, je n’ai pas hésité. Produits pour le visage, le corps et les cheveux, j’ai tout essayé. Adolescente avec des marques simples et abordables et puis avec le temps j’ai voulu investir dans de la qualité avec des marques plus réputées et plus chères.
A l’époque je ne savais pas encore que prendre soin de sa peau ne voulait pas forcément dire investir beaucoup d’argent ou miser sur une grande marque reconnue. Bref pendant des années, j’ai consommé et abusé de produits conventionnels (produit cosmétique issu d’ingrédients synthétiques ou d’origine animale, et contenant souvent peu de matières premières naturelles).

 

Cheveux de paille et crinière de sorcière
Ma première histoire d’amour avec la cosmétique bio/naturelle m’est tombée dessus un peu par hasard.
Nous sommes en 2010 et depuis 4 ans, je fais vivre à mes cheveux les pires expériences du monde.
Un lissage intensif et quotidien à passer et repasser une dizaine de fois sur la même mèche, des colorations blondes, rousses, jaunes poussin bizarre, brunes ou même avec des racines roses.  Des extensions faites pour 40€ à Château d’eau et des applications de shampoings chimiques à n’en plus finir.
Bref en 2010, je me retrouve avec des cheveux cramés, fourchus, ne voulant pas pousser et m’envoyant des signaux d’alerte que si je ne les sauvais pas maintenant, demain serait trop tard.
Je tombe sur Aromazone, à l’époque un petit site internet. Je découvre des recettes pour fabriquer des produits doux et c’est là que je commence à faire mes premiers shampoings. Petit à petit, mes cheveux reprennent vie, je cesse d’avoir une botte de paille plantée sur la tête et je retrouve de la longueur. Si ça ce n’est pas de l’amour…
Le temps passe, je continue d’utiliser des produits sains pour mes cheveux mais pour la peau, j’utilise toujours des produits conventionnels.
Jusqu’au début de l’année 2014.

 

Le jour où une crème haut de gamme m’a brûlé le visage
A ce moment là, j’utilisais une crème pour peau déshydratée que j’avais achetée assez chère pour un budget d’étudiante. Et un matin, je me réveille avec une petite plaque de sécheresse au coin à droite de la bouche. Je ne comprends pas d’où vient cette horrible tâche et décide donc d’appliquer deux fois plus de crème le soir-même pour « hydrater » cette zone de sécheresse. Le lendemain, la zone s’est étendue. Plus les jours passent, plus la zone s’étend. Je continue d’appliquer des couches importantes jusqu’au jour où je me retrouve avec le visage à moitié brûlé, notamment au niveau de la bouche et du menton et autour des yeux. C’est le drame.
Je passe de dermatologue en dermatologue qui me disent ne pas savoir d’où ça vient, ou PIRE, que c’est de l’eczéma dû au stress. Je les insulte et les maudis. Je sais pertinemment que je ne suis pas plus stressée que la veille et que ce n’est pas l’origine de mon problème.
Je décide de prendre le problème en main et commence à analyser la composition des produits que j’utilise. Il me faut 6 mois pour comprendre d’où le problème vient. Je fais une réaction allergique au substitut du paraben, officiellement interdit depuis avril 2014 et remplacé notamment par le methylisothiazolinone.
Ce composant est aujourd’hui interdit sur le marché, reconnu comme agressif et allergisant.
Super, j’ai trouvé la cause de mon problème. Mais c’est en même temps la déchéance. Plus de 80% des cosmétiques présents en grande surface ou en magasins spécialisés en contiennent. Je n’ai plus que le choix de me tourner vers des produits dermatologiques pour peaux intolérantes ou naturels… C’est le désespoir…
Pendant 6 mois je continue d’utiliser des produits pour peaux intolérantes de La Roche Posay ou Avene. Ils soulagent ma peau, je leur dois au moins ça.
Et puis je pars en Asie pour 8 mois. La bas, le temps est chaud et humide. Au niveau de mon corps je découvre les bienfaits de l’huile de coco, et de nouvelles marques de shampoings naturels. Mais je n’ose pas mettre leurs crèmes. Le climat ne plaît beaucoup pas à ma peau ce qui bouche mes pores. Les crèmes ne sont plus acceptées et je reviens en France avec une peau pleine de microkystes et d’acné. Super…

 

J’ai 25 ans et la tête pleine de boutons.
Ma deuxième et plus grande histoire d’amour avec la cosmétique bio/naturelle commence à ce moment là. Mon ancienne manageuse a décidé de lancer une marque de cosmétiques naturels provenant du Maroc à base d’huile d’Argan et de Rose de Damas : LavyZoe. Deux composants connus pour apaiser la peau, l’hydrater et la régénérer.
Je la teste et là, oh miracle. Ma peau s’apaise et s’adoucit. Je n’avais pas eu une peau aussi lumineuse depuis des années. Je suis conquise par le naturel et décide de commencer à fabriquer mon propre sérum pour cibler mes problèmes d’acné. Depuis ce jour là, je n’ai plus arrêté.
Adaptant mes produits et sérums au fil des saisons et de l’évolution de ma peau. En alliant une bonne alimentation et des produits doux et sains, j’ai fini par retrouver une peau plus douce, plus lumineuse, plus belle que je ne l’avais eu depuis très très longtemps.

 

Et c’est pour cette raison que j’ai décidé de mettre l’accent dessus.
Non par influence, non pour suivre les tendances, non par opportunisme ou anticonformisme.
Juste par expérience. L’expérience d’une jeune femme adepte des cosmétiques depuis toujours, ayant essayé beaucoup de produits, connues de nombreuses mésaventures et  trouvé une solution simple et durable (du moins depuis 4 ans) à tous les problèmes de peaux rencontrés.

Tous les conseils que je donne sur ce blog, ont été testés et approuvés par ma peau. Mais il n’y a pas de vérité absolue. Chaque peau est différente, avec des besoins uniques.
Si vous souhaitez trouver une routine beauté idéale pour vous, il vous faudra sûrement essayer plusieurs produits ou actifs avant de trouver celui qui vous convient parfaitement.
Prenez des bases existantes et adaptez-les à vous.
Vous seul(es) savez exactement ce qu’il vous faut 🙂

 

Mon histoire avec la cosmétique bio

Petit dossier de l’époque des extensions ..

Leave a Reply